Remise du prix de la traduction « Ibn Khaldoun-Senghor 2018 » pour la version arabe de intitulé « Le Narrateur, Introduction à la théorie narrative »

Remise du prix de la traduction « Ibn Khaldoun-Senghor 2018 » pour la version arabe de intitulé « Le Narrateur, Introduction à la théorie narrative », publication de l’Institut de Traduction de Tunis.

 

Une cérémonie officielle est prévue demain, 22 novembre, au siège de l’Organisation arabe pour l’Education, la Culture et les Sciences (ALECSO) pour la remise du « Prix de la traduction Ibn Khaldoun-Senghor 2018 », attribué à l’ouvrage « Le Narrateur, Introduction à la théorie narrative » dans sa version arabe.

Traduit du français vers l’arabe et publié par l’Institut de Traduction de Tunis, « Le Narrateur, Introduction à la théorie narrative » est l’œuvre collective de quatre chercheurs universitaires qui ont collaboré sous la direction de Mohamed El Kadhi, Docteur en littérature arabe.

Publié en 2017 par l’Institut de Traduction de Tunis et présenté dans le cadre de la saison inaugurale de cette institution, il y a quelques mois, à la Cité de la culture, le livre s’intéresse à la présence du narrateur dans le récit de fiction, c’est-à-dire à celui qui raconte à l’intérieur de la fiction.

Dans sa version française, l’auteure Sylvie Patron examine dans les détails la conception et le rôle du narrateur dans les principales théories narratives contemporaines, proposant « les éléments d’une problématisation linguistique et pragmatique de la question ».

Ouvrage référentiel en sciences sociales, « Le Narrateur, Introduction à la théorie narrative » dans sa version arabe a bel et bien convaincu le jury de l’édition 2018 de ce prestigieux prix qui a été créé en 2008, conjointement par l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et l’Organisation arabe pour l’Education, la Culture et les Sciences (ALECSO), afin d’appuyer la diversité culturelle et linguistique et d’encourager les échanges culturels et littéraires entre le monde arabe et l’espace francophone. Ce prix récompense la traduction d’une œuvre du français vers l’arabe et de l’arabe vers le français. Il comporte un diplôme signé par le Secrétaire général de l’OIF et par le directeur général de l’ALECSO et une bourse d’un montant de 10 000 euros.

Il est à rappeler que le jury réuni le 15 octobre dernier, au siège de l’OIF pour désigner le lauréat de la 11e édition du Prix a décidé « à l’unanimité » de décerner le Prix Ibn Khaldoun-Senghor 2018 à la traduction du français vers l’arabe de l’ouvrage « Le Narrateur, Introduction à la théorie narrative ». Il a « félicité l’Institut de traduction de Tunis pour l’effort qu’il ne cesse de déployer en faveur de la traduction entre le français et l’arabe et d’avoir présenté de nombreuses candidatures de très bonne qualité ».

Une mention spéciale a été accordée à Rania Samara pour sa traduction de l’arabe vers le français du roman d’Elias Khoury « Les enfants du ghetto. Je m’appelle Adam », paru en 2017 chez Actes Sud.

Vous pourriez aussi aimer A propos l'auteur