Les Rencontres chorégraphiques de Carthage « Carthage Dance » Ode à la liberté, la dignité et la beauté

Le rideau se lève aujourd’hui sur la 2e édition des Rencontres chorégraphiques de Carthage ‘Carthage Dance’ avec au programme trois créations. Edition placée sous le signe « Pas de danse sans dignité » et qui se poursuivra jusqu’au 20 de ce mois.

Rendez-vous tant attendu par les professionnels, « Carthage Dance » est une manifestation qui a été lancée en 2018 avec comme objectif mettre en lumière la richesse de la scène chorégraphique nationale et créer une plateforme solide d’échange entre les professionnels.

S’inscrivant dans la continuité avec la précédente édition dirigée par l’artiste chorégraphe et universitaire Mariem Guellouz, cette nouvelle édition offre à voir 37 spectacles dont 22 spectacles internationaux et 15 spectacles tunisiens ainsi que des tables rondes, des workshops, des performances et une résidence artistique. Au total : 250 artistes défileront tout au long du festival, illuminant les scènes des quatre espaces la Cité de la Culture, le théâtre « El Hamra », la salle « Le 4e art’ et la salle « Le Rio ». Des performances de rue seront proposées aussi à la place « Bab Bhar » au centre-ville de Tunis.

« Carthage Dance 2019 » propose une programmation internationale avec une visibilité particulière pour le Maghreb et le monde arabe. Des spectacles en provenance de l’Egypte, du Liban, de la Palestine, de la Syrie, de l’Algérie et du Maroc mais aussi de l’Europe comme la France, la Belgique et l’Allemagne, seront au menu.

Pour l’ouverture officielle, les organisateurs ont opté pour « Queen blood » de Ousmane Sy. Quant à la clôture, elle portera la signature du chorégraphe tunisien Radhouane El Meddeb qui présentera à cette occasion toujours sur la scène de la salle de l’opéra sa dernière création « Le Lac des cygnes », une adaptation de la célèbre œuvre de Tchaïkovski, jouée par une fine sélection des danseurs permanents du Ballet de l’ONR (Opéra national du Rhin).

Journée inaugurale

Pour cette journée d’ouverture, les organisateurs ont prévu trois créations chorégraphiques. Le coup d’envoi sera à 17h00, à la salle « Le 4e art » avec la talentueuse artiste tunisienne Oumaïma Mannai qui partagera avec l’assistance sa réflexion portant sur le vécu humain où le virtuel prime sur le réel, l’authentique. « Appel power » tel est le titre de cette création qui cherche l’homme à travers des questionnements portant sur la place des nouvelles technologies dans le vécu et le rôle de l’art dans la préservation de l’humanitaire.

La salle des jeunes créateurs de la Cité de la culture accueillera à partir de 19h00 le chorégraphe égyptien Mohamed Fouad qui présentera sa nouvelle création  « Without Damage ». Un solo de danse contemporaine qui s’interroge sur quelques contradictions inhérentes à la performance et au rôle de l’artiste: de la performance en tant que spectacle, en tant qu’acte émotionnel, jusqu’à la simple marchandise pour la consommation du public.

S’agissant de l’ouverture officielle, le grand public et les hôtes de cette 2e édition auront rendez-vous à partir de 20h30 à la salle de l’Opéra avec « Queen Blood » de Ousmane Sy et les danseuses de Paradox-sal. Après « Fighting Spirit », Ousmane Sy poursuit dans cette œuvre énergique son travail d’exploration des énergies et des gestes féminins. Construit à partir des parcours et expériences personnels de chacune, « Queen Blood » est un concentré intime et vibrant qui plonge ses racines dans le populaire et qui s’actualise au présent.

Vous pourriez aussi aimer A propos l'auteur