Festival international du malouf et de la musique arabe traditionnelle de Testour

Lancé officiellement en 1968 afin de mettre à l’honneur le malouf, ce chant de tradition andalouse, le festival international du malouf et de la musique arabe traditionnelle de Testour souffle cette année sa 52e bougie. Dédiée aux jeunes et à la jeunesse, cette édition s’ouvre demain, 21 juillet pour se clôturer le 4 août avec au menu des concerts du malouf perpétuant la tradition et d’autres dans différents styles et registres.

A l’ouverture, la chanteuse Nébiha Karaouli qui offrira à cette occasion aux mélomanes un bouquet de ses chansons tirées du patrimoine tunisien.

Consacrant le malouf, le festival qui a fixé comme objectif depuis sa création de dépoussiérer cet héritage et de le promouvoir auprès de nouvelles générations, propose à cette édition douze concerts de malouf dont six sont concernés par les compétitions. Des compétitions qui ont été lancées depuis des éditions afin d’appuyer les efforts que mènent les troupes régionales dans la sauvegarde de cet héritage et sa diffusion d’une part et découvrir les nouveaux talents de l’autre.

Les mélomanes et surtout les passionnés du malouf sont conviés à découvrir la troupe libyenne du malouf et mouachahat, la nouvelle création de l’artiste Fathi Zghonda intitulée « amber ellil » (L’ambre de la nuit), la troupe de la Rachidia de Kairouan, la troupe les cheikhs du malouf de Kairouan,  la troupe « Ennawa » de Kairouan, la troupe de la Rachidia de Sousse, le spectacle « Wallada » de la troupe du malouf et de la chanson tunisienne…

Outre ces concerts, le public du festival international du malouf et de la musique arabe traditionnelle de Testour aura droit un concert de  l’artiste Héla Melki, finaliste de l’émission « The voice » diffusée sur MBC, un concert de Sabry Mosbah (programmé à l’occasion de la célébration de la fête de la République), le one woman show de WAjiha Jendoubi « Mme Kenza », une soirée chorégraphique avec le ballet russe, un concert de Rayan Youcef…

Spectacle à succès, « Ziara » de Sami Lajmi est au programme de cette 52e édition. Prévu pour le 1er août, ce concert offrira au grand public un bouquet de chants soufis tirés du répertoire de deux confréries: la Aïssaouia et El Aouemreya.

Fruit de recherches méticuleuses, ce spectacle alliant performances vocales et visuelles créera certes l’évènement.

Il est à noter que la clôture du festival sera assurée par l’Orchestre national de musique dirigé par le maestro Mohamed Lassoued. Le concert sera marqué par la participation de Aya Daghnoug, Mohamed Ali Chebil, Raquia Naceur et Wadiî El Janhani.

Vous pourriez aussi aimer A propos l'auteur